Le premier train la Chine à la France est arrivé à Lyon

 

REPLAY - Le convoi baptisté "One belt, one road" ressuscite la route de la Soie. Les 41 conteneurs transportent des pièces destinées aux entreprises industrielles françaises.

 

PAR CHRISTIAN MENANTEAU , LA RÉDACTION NUMÉRIQUE DE RTL PUBLIÉ LE 22/04/2016 À 10:36

 

 

Le premier train reliant la Chine à la France est entré jeudi 21 avril en gare à Lyon. 11 300 km, 15 jours de rail, un escadron de 30 conducteurs, des centaines de conteneurs et seulement 3 heures de retard en gare de Lyon ! Le premier train de marchandise en provenance de Chine a relancé la mythique route de la Soie. Pour Pékin, c’est la dernière étape d’un projet stratégique. Son nom de code "One belt, one road" vise à ceinturer de liaisons ferroviaires et maritimes l’Europe pour mieux vendre ses fabrications au plus grand marché du monde. Ce convoi, le premier en France, est en réalité le 165e du genre. Les précédents se sont tous arrêtés en Allemagne, où les chemins de fer chinois ont établi une grosse base il y a deux ans.

Le train c’est 80% moins cher que l’avion et deux fois plus rapide que les gros porte-containers. C’est donc une alternative. Elle est performante à deux titres. D’abord la souplesse : des convois partiront 300 fois cette année de Wuhan, cette province qui accueille le tiers des investissements français en Chine. On y trouve Alstom, Citroën, Schneider, Décathlon, etc. 

 

La Chine, base arrière de notre industrie

Ensuite, ce mode de transport est particulièrement adapté aux PME. Leurs besoins en quantités sont modestes mais leurs exigences en termes de rapidité sont fortes. Le train permet de limiter les coûts de stockage et dans le textile de répondre plus vite aux engouements saisonniers. C’est enfin une façon habile pour le « made in China » de contrer les délocalisations voisines de Turquie ou de Maghreb.

La cargaison destinée à la France répartie dans 41 conteneurs est très symbolique du rôle de la Chine comme base arrière de nos entreprises industrielles et commerciales : des lampes d’éclairage LED, des pièces mécaniques et électriques, de l’électronique mais aussi des produits destinés aux grandes enseignes comme Décathlon.

Les grands porte-conteneurs répondent à des contraintes totalement différentes. Un navire du français CMA CGM, n°3 mondial, qui vient de s’allier avec les deux champions de la marine chinoise, transporte de 16 à 19 000 conteneurs et ce trio assure plus de 40 services permanents sur les cinq continents. Ce qui permet de constater que les Chinois sont présents comme ils l’avaient planifié sur l’ensemble de la chaîne de transport.

 

Source RTL

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0